Embrayeur de conversation, le selfie doit être moche

Un entretien dans Libération (propos recueillis par Léa Iribarnegaray). Parangon du narcissisme ou «image conversationnelle», l’enseignant chercheur à l’EHESS a tranché: cet autoportrait dont le nom est apparu bien après son existence est la nouvelle forme d’expression d’une force sociale. «Selfie: une photographie qu’une personne a prise d’elle-même, généralement avec…

Lire la suite…

Le selfie, pathologie et emblème de la photographie connectée

Intervention dans le cadre de “Photography (today)”, Paris Photo, Grand Palais, 14 novembre 2014 (38 mn).

Le terme “selfie” correspond à un processus d’identification tardif d’un groupe de pratiques photo ou vidéo réflexives, lié à l’émergence d’une esthétique de la subjectivité. Cette communication montre que le déclencheur du phénomène est une controverse médiatique, qui s’apparente à une panique morale. La dénonciation en 2013 du caractère narcissique de l’autoreprésentation ou de l’irrespect des valeurs et des normes présente le selfie comme une subculture. Cette condamnation entraîne une réponse d’adhésion à un geste désormais identifié comme une signature impertinente et progressiste. Vecteur de sa promotion, la controverse consacre le selfie comme une forme culturelle à part entière, et l’impose comme la pratique photographique la plus représentative de l’expression visuelle contemporaine.

MàJ: Version rédigée: “La consécration du selfie. Une histoire culturelle”, 28/04/2015.

Extraterrestres et conflits culturels

Sur son blog, le photographe professionnel Frozen Piglet, fervent partisan du paradigme traditionnel, use volontiers de l’arme de la raillerie à l’endroit des nouvelles pratiques visuelles, considérées comme autant de symptômes d’une culture simultanément invasive et ridicule. Dans son dernier billet, le photographe épingle l’usage récent de la canne à…

Lire la suite…