Photographie, la fin du mythe?

(Chronique Fisheye #20) Le débat n’intéresse pas que les théoriciens. La question de la nature ou du statut de la photographie a largement participé à l’élaboration des pratiques photographiques, et reste aujourd’hui pour nombre de professionnels l’armature de convictions profondes. Deux auteurs français ont particulièrement contribué à asseoir l’idée d’une…

Lire la suite…

L’Aura à l’ère des singularités numériques

Résumé: Walter Benjamin proposait la notion d’aura pour caractériser l’authenticité de l’œuvre d’art artisanale, en opposition avec le dynamisme du cinéma, œuvre industrielle. En étendant l’idée d’aura à la mémoire des trajets historiques accompagnant les productions culturelles, la nouvelle disponibilité des œuvres dans l’espace numérique pose la question de l’évolution de leur réception. Entre socialisation des singularités et algorithmes, les formes d’accompagnement attentionnel connaissent aujourd’hui une mutation historique. Celle-ci un élément-clé de la recomposition du paysage culturel.

Vidéo de mon intervention dans le cycle «Les mondes numériques de l’art contemporain», organisé dans le cadre de PSL, le 14 avril 2016 à l’Ecole normale supérieure (2h15).

Derrière l’image

(Chronique Fisheye #19) Le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, a récemment demandé à la compagnie des transports municipaux de former un groupe chargé de surveiller les publicités, dans le but d’éviter les représentations sexistes sur l’affichage du métro, des trains de banlieue ou des bus. Sont particulièrement visées les…

Lire la suite…

Une illusion essentielle. La photographie saisie par la théorie

Résumé. Longtemps intuition diffuse, le réalisme indiciel attribué à la photographie prend la forme d’une théorie proprement dite avec les travaux de Susan Sontag, Roland Barthes, Rosalind Krauss (et rétrospectivement Walter Benjamin), entre 1977 et 1990. Celle-ci repose sur le postulat d’une identité de la photographie conférée par sa technique,…

Lire la suite…

Le retour du personnage (théorie du récit)

Paul Ricœur caractérise avec Aristote le récit par l’intrigue, ou agencement des faits, qui subordonne la considération des caractères à celle de l’action, et présente une histoire comme une temporalité close, auto-organisée et signifiante1. Le roman policier ou le récit historique fournissent les exemples achevés de cette narration méthodique, strictement…

Lire la suite…