Memento et l’image comme preuve

Parmi les films mobilisant l’outil photographique, Memento (Christopher Nolan, 2000) propose une démonstration aussi précieuse qu’originale. Le scénario de Christopher et Jonathan Nolan s’élabore autour d’un personnage, Léonard Shelby (Guy Pearce), atteint d’amnésie à court terme, qui l’empêche de mémoriser les événements au-delà d’une durée d’une dizaine de minutes. Cet…

Lire la suite…

Géométrie du selfie

La bonne question à propos du selfie a été posée par Jens Ruchatz, organisateur du colloque de Marbourg en 2015, qui remarquait que l’on considérait indifféremment comme selfie la performance elle-même ou l’image de son exécution. Cette indifférenciation montre que, dans le cas du selfie, l’attention se concentre sur le…

Lire la suite…

Penser le corps pour changer son image

(Chronique Fisheye #25) Suffit-il de dénoncer la retouche pour soigner l’anorexie? Telle pourrait être l’interrogation suscitée par la loi de modernisation du système de santé, récemment entrée en vigueur en France. Destinée à prévenir l’incitation à l’extrême maigreur, celle-ci impose la mention «photographie retouchée» aux images commerciales de mannequins dont l’apparence corporelle…

Lire la suite…

Le portrait et le kebab

Parmi les formes protocolaires du spectacle présidentiel, le portrait officiel a un statut singulier. Figure rituelle de l’intronisation, il participe de l’inscription du nouveau venu dans l’histoire, en l’installant à son tour dans la série de ses pairs. Image, il a pris peu à peu valeur de signe, au sens…

Lire la suite…

Quand la Macronmania tourne en rond

En attendant le portrait officiel (les rédactions s’impatientent), une polémique dévoile la nature propagandiste de la communication construite autour de la personne du nouveau président de la République, incarnée par l’emblématique production de sa photographe de campagne, Soazig de la Moissonnière. Je consacre ma nouvelle chronique pour Arrêt sur images…

Lire la suite…