Le sourire photographique, ou les révolutions du portrait expressif

Cette galerie contient 2 photos.

Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle? Sous cette forme élémentaire, la question est devenue une énigme prisée des études visuelles. Héritière d’une longue tradition d’analyse de l’expression des émotions, elle apparaît comme une évolution historique directement observable, documentée par des sources abondantes.…

Lire la suite…

Mon image m’appartient

(Chronique Fisheye #21) «Qui ne connaît pas des parents (un peu trop) enthousiastes qui publient un feuilleton continu sur la vie de leur chérubin? Mais en grandissant, l’enfant peut trouver que ça va trop loin» (Rue89). L’histoire de la jeune Autrichienne qui poursuit ses parents en justice pour avoir posté…

Lire la suite…

Le silence du gif

Dans une de ses enquêtes dessinées, déjà citée ici, Boulet capte de manière exemplaire un des traits les plus frappants des nouvelles formes conversationnelles: la discrétion de la consultation. Alors qu’un personnage critique l’attitude d’un couple dans le métro, ramenant leur absorbement apparent au stéréotype du smartphone qui isole chacun…

Lire la suite…

Dylan au secours de la littérature

Instrument essentiel de la représentation d’une forme culturelle, l’institution des prix propose d’en incarner l’essence par une épreuve de réflexivité perpétuellement recommencée. A la différence du Goncourt, prix de découverte d’une œuvre, le Nobel est un prix de consécration d’un œuvre où le consensus des experts doit faire écho à…

Lire la suite…

L’Aura à l’ère des singularités numériques

Résumé: Walter Benjamin proposait la notion d’aura pour caractériser l’authenticité de l’œuvre d’art artisanale, en opposition avec le dynamisme du cinéma, œuvre industrielle. En étendant l’idée d’aura à la mémoire des trajets historiques accompagnant les productions culturelles, la nouvelle disponibilité des œuvres dans l’espace numérique pose la question de l’évolution de leur réception. Entre socialisation des singularités et algorithmes, les formes d’accompagnement attentionnel connaissent aujourd’hui une mutation historique. Celle-ci un élément-clé de la recomposition du paysage culturel.

Vidéo de mon intervention dans le cycle «Les mondes numériques de l’art contemporain», organisé dans le cadre de PSL, le 14 avril 2016 à l’Ecole normale supérieure (2h15).