Cinémonde et l’action posée

Actuellement exposé au MUCEM1, le roman-photo fascine par son esthétique paradoxale. Convoquant irrésistiblement l’univers cinématographique, ces vignettes irréelles et figées qui contredisent toutes les théories de la photo ont le charme kitsch des littératures populaires. Les impressions contradictoires qu’elles suscitent apportent un enseignement précieux sur notre façon de voir et…

Lire la suite…

La trace ou la source absente

J’ai présenté récemment dans le séminaire du CEHTA un exposé qui prolonge ma réflexion sur les théories de la photographie, et propose de décrire la dimension indicielle ou indexicale comme une opération documentaire, basée sur un raisonnement historique, plutôt que comme une production du dispositif photographique. Cette proposition se justifie…

Lire la suite…

La photo du sapin

Photographier le sapin: geste simple. Et pourtant, des dizaines de schémas sont immédiatement mobilisés. Ce qui autorise la prise de vue, ou y convie: le sapin décoré fait partie des performances familiales qu’il est légitime de montrer (je le sais car j’en ai vu d’autres). De saison: de même qu’on…

Lire la suite…

Boulet et le contexte

Cette galerie contient 5 photos.

Après Memento et l’image comme preuve, poursuivons l’exploration du rapport de l’image à son contexte, à partir d’un exemple éclairant, tiré de l’œuvre à composante autobiographique de Boulet, parue simultanément en ligne et sur papier, sous le titre Notes. “Lac aveugle” (note du 03/09/2010, paru dans Notes 7. Formicapunk, Delcourt,…

Lire la suite…

Memento et l’image comme preuve

Parmi les films mobilisant l’outil photographique, Memento (Christopher Nolan, 2000) propose une démonstration aussi précieuse qu’originale. Le scénario de Christopher et Jonathan Nolan s’élabore autour d’un personnage, Léonard Shelby (Guy Pearce), atteint d’amnésie à court terme, qui l’empêche de mémoriser les événements au-delà d’une durée d’une dizaine de minutes. Cet…

Lire la suite…