La menace est-elle une fiction?

Le dimanche est réservé aux questions qui n’intéressent personne. Existe-t-il un régime d’énonciation du possible, distinct de la fiction? Cette question est issue de la lecture du dense essai de Françoise Lavocat (Fait et Fiction. Pour une frontière, Seuil, 2016), qui, entre autres propositions innovantes, propose de ranger les récits…

Lire la suite…

Le sourire photographique, ou les révolutions du portrait expressif

Cette galerie contient 2 photos.

Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle? Sous cette forme élémentaire, la question est devenue une énigme prisée des études visuelles. Héritière d’une longue tradition d’analyse de l’expression des émotions, elle apparaît comme une évolution historique directement observable, documentée par des sources abondantes.…

Lire la suite…

De l’expression à la narration. Lecture d’une image sociale

Cette galerie contient 2 photos.

Comment une image raconte-t-elle une histoire? Malgré le succès récent de la notion de narration visuelle, qui suggère d’explorer une narrativité autonome des formes iconographiques, le modèle théâtro-littéraro-cinématographique, basé sur la représentation de l’action dans le temps, reste matriciel1 et impose de penser le récit visuel comme une adaptation des…

Lire la suite…

Séminaires 2016-2017

Mes séminaires reprennent à partir de cette semaine: le jeudi 10 novembre à 18 h en salle Walter Benjamin pour le cours Initiation à l’étude de la culture visuelle, ouvert aux masterants, qui reprend pour l’essentiel les éléments présentés l’an dernier (1e séance: “Une image vaut-elle mille mots?”); le jeudi…

Lire la suite…

L’Aura à l’ère des singularités numériques

Résumé: Walter Benjamin proposait la notion d’aura pour caractériser l’authenticité de l’œuvre d’art artisanale, en opposition avec le dynamisme du cinéma, œuvre industrielle. En étendant l’idée d’aura à la mémoire des trajets historiques accompagnant les productions culturelles, la nouvelle disponibilité des œuvres dans l’espace numérique pose la question de l’évolution de leur réception. Entre socialisation des singularités et algorithmes, les formes d’accompagnement attentionnel connaissent aujourd’hui une mutation historique. Celle-ci un élément-clé de la recomposition du paysage culturel.

Vidéo de mon intervention dans le cycle «Les mondes numériques de l’art contemporain», organisé dans le cadre de PSL, le 14 avril 2016 à l’Ecole normale supérieure (2h15).