L’icône émancipée

(Fisheye #54) Chacun connaît l’image de la petite vietnamienne fuyant, nue, la bouche ouverte sur un cri de douleur, un bombardement au napalm. Cinquante ans après la prise de vue par Nick Ut, le 8 juin 1972, celle qui ne veut plus être la «napalm girl», héroïne malgré elle d’une des plus célèbres icônes mondiales, a livré au New York Times un […]

L’invention de l’authenticité photographique

Après celle consacrée à l’expressivité posée, la séance de conclusion de mon séminaire «La révolution expressive des images documentaires», présentée le 10 février, est disponible en vidéo (1h43). Inspiré par le récit cinématographique, le format magazine est au début des années 1930 le laboratoire de la narration photo-expressive. L’analyse de sa mise au point dans les magazines Vu et Cinémonde (1928) permet […]

Un antihéros du photojournalisme

(Fisheye #51) L’étude du photojournalisme occupe aujourd’hui une part importante de la recherche consacrée aux images. Depuis le début des années 2000, l’ouverture d’archives professionnelles ou la mise en ligne de périodiques anciens encouragent les travaux sur cette part essentielle de l’histoire visuelle1. Mais cet examen épouse le plus souvent le point de vue des producteurs. Or, les recherches sur l’image connaissent […]

Pourquoi Robert Capa a oublié le deuxième soldat

Ayant récemment mentionné la célèbre icône de Capa, le Falling Soldier, ou «Mort d’un soldat républicain», comme cas exemplaire d’une falsification photographique, je m’aperçois que le consensus n’est pas encore fixé sur cette image. Wikipédia mélange des informations obsolètes sur la date et l’identité du premier Falling Soldier, liées à son ancienne localisation à Cerro Muriano, tout en indiquant la nouvelle, établie […]

A la découverte des invisibles, une nouvelle histoire

(Fisheye #49) Existe-t-il une justice de la visibilité? C’est en tout cas face à ce tribunal virtuel que s’effectue le travail de rééquilibrage de l’exposition publique des minorités de genre, de race, de classe – et bien d’autres jusque-là reléguées dans l’ombre. Plus que toute autre, cette revendication d’égale dignité passe par l’image, à la fois comme vecteur, comme mesure et comme […]

« Say Cheese ». Invention d’un signe photographique

Une énigme résiste à l’analyse: pourquoi observe-t-on une multiplication des portraits souriants à partir du début du XXe siècle, alors que l’air sérieux était jusqu’alors la norme du genre? Les réponses habituellement proposées, comme les contraintes du temps de pose, l’hygiène dentaire ou l’influence des portraits de stars peinent à convaincre. En 2017, j’avais abordé cette question en la resituant dans le […]

Violences coloniales: une visibilité restaurée

(Fisheye #46) Des polémiques récentes ont montré à quel point les études de l’histoire coloniale (postcolonialisme) ou celles du rôle du modèle colonial dans la culture occidentale (décolonialisme) restent mal connues du grand public. Un ouvrage consacré à la photographie des violences coloniales, au tournant du XIXe et du XXe siècle, permet heureusement de vérifier sur pièces la réalité des avancées scientifiques […]

La peur dans les yeux

(Chronique Fisheye #41) Déployée depuis de nombreuses années par des auteurs comme Nicholas Mirzoeff dans l’espace anglophone, la remise en cause du caractère hégémonique de l’image d’information devient depuis peu un sujet de débat en France. Le groupe de critique féministe La Part des femmes a ainsi remis en circulation un article vieux d’un an présentant une tentative de déconstruction par le photographe Tony […]

Il n’y aura jamais trop d’images

(Chronique Fisheye #35) Y a-t-il trop d’images? Depuis la transition numérique, cette idée est devenue pour beaucoup une certitude. En 2015, l’historien de l’art Horst Bredekamp ouvrait son essai Théorie de l’acte d’image par l’évocation du «déferlement d’images», explicitement associé à l’industrie du divertissement: «Les myriades d’images qui, jour après jour, jaillissent sur les téléphones mobiles, les écrans de télévision, sur internet […]

La “Marianne” de Mai 68, ou l’effet Disneyland

La célèbre photographie de Jean-Pierre Rey représentant une jeune femme brandissant un drapeau1 , prise le 13 mai 1968 à Paris (fig. 1), évoque-t-elle spontanément le tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830, fig. 2) ? Le rapprochement paraît aujourd’hui évident, comme l’indique un article de Wikipédia intitulé «La Marianne de Mai 68», qui résume l’avis commun : « Cette […]