Aux sources du Noyé

La vogue du selfie a attiré l’attention sur les plus anciens autoportraits, dont le Noyé d’Hippolyte Bayard (1801-1887), daté d’octobre 1840, est reconnu comme «La première mise en scène photographique» (Wikipedia). Réalisées à l’aide du procédé original de Bayard, le positif direct1, il existe trois variantes, conservées à la Société…

Lire la suite…

L’air chagrin du pontife

Lors de son premier déplacement international en tant que président, Donald Trump a notamment rencontré le pape François au Vatican, le 24 mai 20171. Une photographie par Evan Vucci (AP) de cette audience a rapidement suscité des réactions moqueuses, sous la forme de commentaires ou de détournements d’images diffusés sur…

Lire la suite…

Le sourire photographique, ou les révolutions du portrait expressif

Cette galerie contient 2 photos.

Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle? Sous cette forme élémentaire, la question est devenue une énigme prisée des études visuelles. Héritière d’une longue tradition d’analyse de l’expression des émotions, elle apparaît comme une évolution historique directement observable, documentée par des sources abondantes.…

Lire la suite…

La campagne en gros plan

Encore Libé! Encore des portraits! Encore des Unes! Encore du traitement éditorial! — Eh oui! Est-ce ma faute s’il n’y a plus qu’une rédaction qui s’amuse avec les photos? Et si j’aime la photographie, j’aime aussi le journalisme visuel, celui qui fait parler les images, à travers les codes subtils…

Lire la suite…

L’effet « Blow up »

Dans le célèbre film d’Antonioni, Blow up (1966), un photographe découvre, en agrandissant les clichés pris par hasard dans un parc, les images d’un meurtre. Ce scénario est souvent lu comme une illustration exemplaire des thèses de la trace photographique ou de l’image comme preuve. Les exemples récents de «redécouverte»…

Lire la suite…