Sarkozy, champion de la retouche

Parisien_retouche

Illustration Le Parisien Magazine/photo Alain Robert (Aperçu/SIPA).

Sarkozy a toujours compté sur l’été pour se refaire une beauté. Acteur politique très surévalué, car il n’a jamais eu l’ombre d’une idée politique, il excelle en revanche dans les plans com, et tout particulièrement dans leur version people – autrement dit la politique vue du salon de coiffure. Cette année, c’est au tour du Parisien de faire la courte échelle à l’ancien chef de l’Etat, en lui offrant un entretien déjà moqué pour ses grosses ficelles, prétendument consacré à son amour du cyclisme, qui permet d’afficher en Une une belle photo de l’ex en athlète, à faire pâlir de jalousie Vladimir Poutine. Si l’on avait la moindre hésitation sur le sens à donner à cette image, les commentaires des fidèles sur Twitter ne laissent aucun doute: «Au moins il bouge… LUI !!!».

Parisien_retouche

Illustration Le Parisien Magazine/photo Alain Robert (Aperçu/SIPA).

Cerise sur le gâteau, Marianne a pensé à comparer avec les versions originales des photos d’Alain Robert (Aperçu/SIPA), déjà publiées ailleurs. Pas de chance, les illustrations de la légende s’avèrent massivement retouchées – on ne parle pas ici de la correction d’un défaut, ni même de la retouche beauté jadis prodiguée par Paris-Match pour masquer les poignées d’amour présidentielles, mais de l’effacement complet d’un personnage, dans la plus pure tradition historique – le malheureux garde du corps, dont le maillot ouvert jusqu’au nombril gâchait le récit subliminal de l’ascension du retour de la revanche.

Paris-Match 2007

Nicolas Sarkozy en vacances en 2007, photo retouchée par Paris-Match.

Sarkozy n’a pas de chance avec ses photos de sport estivales – encore un plan com qui tombe à l’eau pour excès de zèle propagandiste. Car une manipulation aussi énorme (qui n’est pas sans rappeler l’impressionnant traitement visuel réservé à Mélenchon dans les colonnes du Monde), révèle évidemment les préférences politiques du journal, qui a choisi de trahir la déontologie la plus élémentaire pour maquiller en reportage une communication aussi léchée qu’une publicité.

2 Commentaires

  1. Rien ne change décidément, il occupe l’espace médiatique et ça lui suffit.. Pendant que monsieur fait du vélo, la justice, elle, pédale dans la semoule.. merci pour cette étude

  2. Retour PingCarnets d'images

Les commentaires sont clos.