La ronde de nuit des idées reçues

L’image a fait réagir, en France, à partir de sa reprise sous forme de tweet par le philosophe médiatique Michel Onfray, assortie d’un «sans commentaire» éloquent. Il s’agit d’une photographie effectuée par le néerlandais Gijsbert van der Wal le 27 novembre 2014 au Rijksmuseum d’Amsterdam, postée sur Twitter, Facebook et Flickr, et rapidement devenue virale, publiée et commentée.

Une image remarquable par sa réception. Rarement photographie d’amateur aura rencontré un tel accueil, en dehors de documents strictement liés à l’actualité. Car ce qui fait le succès de cette image est sa lecture comme une photographie d’illustration, liée non à une événementialité précise, mais à une leçon historique et morale, perçue à la manière du «No caption needed» de Hariman et Lucaites, ou encore de la fameuse formule de «l’image qui vaut mille mots» , issue du marketing. Autrement dit: une image qui fonctionne exactement comme une caricature, qui va à la rencontre d’une idée reçue ou d’une évidence largement partagée, et que l’on rediffuse sur le même mode, contenu devenu anonyme et autosuffisant, avec la satisfaction de confirmer ce qu’on savait déjà.

On n’a jamais vu autant de photos de musée que depuis l’avènement du smartphone. Pourquoi? Parce que la confrontation du dernier avatar technocommunicant avec le symbole par excellence de la culture et du patrimoine produit un affrontement de stéréotypes prêt à l’emploi. Opposer l’art/la culture/le patrimoine vs la barbarie/la technologie/la jeunesse ne relève pas du registre de l’analyse, mais de celui des vérités élémentaires, de l’almanach, des proverbes ou des blagues de comptoir.

A noter que cette articulation fonctionne aussi dans le sens d’un dialogue des jeunes avec la culture: toutes les initiatives, elles aussi largement médiatisées et commentées, se traduisant par la valorisation de l’expérience muséale à travers selfies et smartphones relèvent de la même opposition paradigmatique – amusante, séduisante ou choquante – d’un art du passé avec les pratiques du présent.

museumselfie

Lorsque vous lisez un «sans commentaire», ce que vous voyez est une idée reçue. Ce qui contribue puissamment à la réussite de l’opposition dans la version van der Wal, c’est la présence majestueuse d’un tableau aussi connu que la Joconde, la célèbre Ronde de nuit, dont chacun peut identifier l’auteur.

Laissons de côté le goût d’Onfray pour les idées reçues, qui aurait fait la joie d’un Flaubert. Renonçons de même à la pseudo-interprétation d’un absorbement qui en dit plus sur nos préjugés que sur la réalité des comportements des ados (dont l’image atteste qu’ils fréquentent au moins les musées…). La réception qui sacre par multidiffusion la vision pessimiste d’une jeunesse coupée de sa culture n’est qu’un lifting des paniques morales qui ont accueilli le rock, les comics, la pop, les jeux vidéos ou internet.

Plus intéressant me paraît le constat contenu dans le «sans commentaire», qui valide le rapport de la photographie à la caricature, et de la caricature au stéréotype. Un constat dérangeant dans la France post-Charlie, persuadée que le nec plus ultra du journalisme et de la liberté d’expression est le dessin de presse. Malheureusement, le dessin de presse, comme les éditos de Laurent Joffrin, ne font bien souvent que servir le plat que le consommateur attendait. Une image que l’on peut comprendre sans explication, la fameuse «image qui vaut mille mots» n’est rien d’autre que cette matérialisation des préjugés, la mise en musique des idées reçues qu’orchestre la caricature, dont la photographie d’illustration a montré qu’elle pouvait parfaitement prendre le relais.

Spencer Platt, "Young Lebanese Driving Through Devastated Neighborhood of South Beirut", prix World Press Photo 2006.

Spencer Platt, « Young Lebanese Driving Through Devastated Neighborhood of South Beirut », prix World Press Photo 2006, photo consacrée pour son sens apparent.

Lire également sur ce blog:

6 Commentaires

  1. Retour PingPhotoinfos

  2. Retour PingPhotography now

  3. Retour PingDroits de l'homme

  4. Michel Onfray n’utilise évidemment pas de smartphone (son éditeur lui envoie des pneumatiques) et sa ligne fixe est sur liste rouge pour éviter que Freud ne s’avise de lui donner quelque leçon de maintien.

  5. Retour PingMedias images et TIC…

  6. Retour PingPhotographie

Les commentaires sont clos.