La martingale d’Emmanuel Macron

Personne n’a rien compris au film. Alors que la présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle est anticipée depuis plusieurs années, et a fait partie intégrante de la stratégie de tous les candidats de premier tour, spéculant sur une victoire facile grâce au «plafond de verre», alors que les sondages indiquent avec constance un écart de vingt points en faveur d’Emmanuel Macron, depuis le 23 avril au soir, le revirement est brutal. La patronne du Front national, repeinte en nouvel Adolf Hitler, devient du jour au lendemain le pire danger qui menace la République.

Comme en 2002, résonnent les trompettes de l’antifascisme, et la stupeur le dispute à gauche à l’affolement. Enfermés dans un dilemme insoluble, les intellectuels confrontés à l’alternative de la peste et du choléra multiplient les calculs machiavéliques et les injonctions paradoxales pour expliquer que voter Macron n’est pas voter Macron. Derrière la cohorte des éditorialistes, les simples citoyens assassinent sur Facebook le mythe de la bulle de filtre en se déchirant à qui mieux mieux, cherchant en vain des bribes de rationalité, dans la confusion la plus totale.

Marc Dubuisson.

Au moment ou Libé suggère de trancher symboliquement la tête de Le Pen par le couperet du “non” (voir ci-dessus), illustrant une hystérie qui n’a plus grand chose à voir avec le verdict démocratique, il est temps de revenir sur terre. Car nous ne sommes pas en 2002, à un moment où l’intrusion imprévue du chef de l’extrême-droite venait bousculer la mécanique du bipartisme. La répétition du même débat à 15 ans d’intervalle prouve que la gauche ne prend pas très au sérieux ses propres mots d’ordre. Si l’antifascisme avait vraiment été une donnée de l’élection, il aurait été bien préférable d’empêcher l’accès de Marine Le Pen au second tour – par exemple en appelant à voter Jean-Luc Mélenchon, dont la présence a plus contribué à affaiblir le score frontiste que les appels à la vertu.

Une telle hypothèse n’a jamais fait partie des scénarios recevables. Le procès en illégitimité qui a systématiquement associé le leader des Insoumis à l’égérie du FN dans la dénonciation bruyante des ennemis de la République est l’élément le plus significatif de cette séquence1. Dans son discours du 1er mai, Emmanuel Macron, visiblement moins inquiet de sa victoire que les militants du vote utile, a surpris en refusant de tendre la main aux Insoumis. Cette déclaration fournit l’indication la plus distincte de la stratégie de troisième tour du futur président de la République, et révèle combien le débat de l’entre-deux tour a été manipulé par ses soutiens.

Comme l’explique l’ouvrage récent de Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Illusion du bloc bourgeois (Raisons d’agir, 2017), la structuration gauche-droite du paysage politique français cède désormais la place à une opposition plus fondamentale: celle des européistes et des souverainistes. Les trois principaux candidats du premier tour, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ont parfaitement intégré cette nouvelle dynamique à leur stratégie. Le remplacement des symboles de la gauche radicale, drapeaux rouges et Internationale, par des signes plus consensuels, drapeau bleu-blanc-rouge et Marseillaise, illustrent par exemple chez Mélenchon le passage de la tradition anticapitaliste à un populisme revendiqué, appuyé sur les travaux de Chantal Mouffe.

Alors que la stratégie de Mélenchon et Le Pen consiste à s’adresser aux exclus et à mobiliser les abstentionnistes, l’objectif de Macron est de fédérer les européistes néolibéraux, en passant par-dessus les partis traditionnels. On pouvait se demander si cette opération avait la moindre chance d’aboutir. La semaine passée a prouvé que la meilleure façon d’obtenir ce résultat était de diaboliser les populismes, artificiellement réunis dans une opposition disqualifiée par la majorité morale.

Rash Brax, 30/04/2017.

Le chantage moral qui s’exerce aujourd’hui sur les électeurs – voter Macron ou favoriser le chaos – est la ligne de force qui permettra de réunir, bon gré mal gré, les européistes des deux bords, à un moment où PS et LR se fracturent sous les tensions internes. Contrairement aux sommations antifascistes, qui réclament un Front au plus bas, Macron a intérêt à un rapprochement des scores, qui permettra de préserver dans l’opinion l’idée d’un risque populiste, même après la présidentielle. Comme il est par ailleurs impossible d’associer Insoumis et frontistes dans une même alliance, Macron a l’assurance d’une opposition durablement divisée. Mélenchon est piégé, et la gauche résiduelle promise au triste destin de l’identification au souverainisme. On pourra vérifier lors des scrutins législatifs la pertinence de cette hypothèse, mais l’entre-deux tours a donné un avant-goût de l’efficacité de la martingale.

Sources:

  1. «Vous savez, dans les années 30 en Allemagne, l’extrême gauche n’a pas voulu choisir entre les sociaux-démocrates et les nazis. Hitler a été élu par le suffrage universel. Alors, je ne culpabilise personne, j’appelle à la responsabilité, à la conscience et à la générosité. A un moment donné, il faut être pour la France avant d’être pour ses vieilles rancœurs», Bertrand Delanoé, RTL, 28/04/2017. []

12 Commentaires

  1. Retour PingDeux corps sans projet – L'image sociale

  2. lu sur rezo.net

    Non ! Hitler n’est pas arrivé au pouvoir démocratiquement

    https://cincivox.wordpress.com/2016/10/17/non-hitler-nest-pas-arrive-au-pouvoir-democratiquement/

  3. On peut donc conclure de la conclusion qu’il ne faut pas s’abstenir, pour diminuer le score du FN et ainsi ne pas permettre à Macron de jouer sur la peur.
    On est d’accord. ☺️

  4. André Gunthert

    Merci pour cet exemple de rationalisation paradoxale. L’exposition à un dilemme insoluble a visiblement rendu aux Français le goût de la philo et des jeux sophistiques… ;)

  5. Retour PingLa martingale d’Emmanuel Macron. | Il Blog di Pierluigi Piccini

  6. Retour PingDes gros mots dans la campagne – L'image sociale

  7. Oui, les nazis ont semé la terreur pour effrayer, discréditer ou assassiner leurs adversaires, surtout en février 1933. http://bit.ly/2pKPbqd

    Ils ont conquis un poids électoral majeur entre 1930 et 1933 en exploitant le chauvinisme et le rejet des traités de 1919. Ils ont aussi abusé de la démagogie pour séduire une proportion importante de la population.

    Mais tous les Allemands n’ont pas adhéré à leur propagande.
    Par la suite, ils ont eu à se taire, à fuir en exil (certains ont été livrés aux nazis en 1940)
    ou à être les premiers déportés dans les camps nazis (Dachau, etc. )

    Relire WS Allen, Une petite ville nazie – Thalbourg / Northeim (livre de 1965)
    http://philosphereblog.wordpress.com/2015/11/09/une-petite-ville-nazie-resume-du-livre/ + http://bit.ly/2p92DQQ

  8. Merci pour ce concentre d’intelligence froide. C’est utile parfois de mettre son elan moral entre parentheses, afin d’etablir quelques faits. La conclusion que chacun en tire ensuite n’en sera que renforcee, et cette clarte accrue en aucun cas ne peut nuire.

  9. « Les trois principaux candidats du premier tour, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ont parfaitement intégré cette nouvelle dynamique à leur stratégie.  » ?
    Mélanchon est quatrième, derrière Fillon que tu as zappé dans ton analyse. Et pourtant, si Fillon avait eu un moins de problèmes avec les sous, on n’aurait probablement pas vu Marine Le Pen au deuxième tour. Le score de Fillon est quand même très impressionnant si tu considères ces casseroles. Avec un Fillon qui aurait continué dans la dynamique des primaires, le vote utile qui a bénéficié à Macron au premier tour, aurait probablement été encore plus important et on aurait eu un deuxième tour Fillon/Macron.
    Je ne sais pas trop où est passé la gauche. Nous verrons à l’issue des législatives si elle se reconstruit autour de Mélanchon ou s’il aura été l’homme d’une élection. Mais la droite traditionnelle, catho, réactionnaire est bien là, militante et motivée et même si son champion s’efface, elle ne disparaîtra pas. Et cette fois-ci elle votera au second tour pour la fille, ce qu’elle n’avait pas fait pour le père. MLP avait choisi un positionnement plus social, je suppose qu’elle doit être en train de redéfinir ses priorités pour 2022.

  10. Je ne parle pas de Fillon, parce que c’est le seul qui avait aussi peu d’analyse que de stratégie  – sa position de vainqueur de la primaire de droite le mettait en effet théoriquement en position de vainqueur d’office. Les 3 autres n’avaient pas cet avantage, et ils ont dû élaborer un peu plus leur démarche. Les affaires – et le maintien d’un Fillon fragilisé – en ont décidé autrement, mais même dans une autre hypothèse, il est probable que le vote populiste aurait été élevé.

    Je serais personnellement assez surpris de voir la gauche, aujourd’hui fracturée en 3 camps, se reconstituer autour de Mélenchon (ou alors il faudrait qu’il change résolument de stratégie, ce qui ne semble pas à l’ordre du jour). Mais les spécialistes de la droite ont l’air de dire que celle-ci ne se porte pas beaucoup mieux. Les analyses divergent, autour de deux camps au moins, bref, Macron va faire son miel de toutes ces divisions.

  11. Retour PingLa Dernière Croisade, ou la politique comme blockbuster – L'image sociale

Laisser un commentaire