Peut-on photographier les dinosaures?

Conférences du CAES, EHESS, 17 janvier 2019 (58 min, réal. Philippe Kergraisse).

Peut-on photographier les dinosaures? En principe, bien sûr, c’est impossible. Pourtant, le cinéma nous offre des reconstitutions crédibles de ces animaux disparus. Si ces images ne sont pas de même nature que la photographie d’enregistrement, elles ne sont pas pour autant de pures fictions. Elles intègrent un état du savoir scientifique qui leur donne un caractère partiellement documentaire. La question abordée par cette conférence est celle de l’archéologie de l’image documentaire. Entre l’illustration des récits d’exploration et la construction de l’objectivité des sciences, une nouvelle élaboration du regard change le statut des images, et crée les conditions qui rendront possible aussi bien la photographie que les reconstitutions de dinosaures.

La couleur des Schtroumpfs noirs

L’une des analyses les plus appréciées de L’image sociale a désormais sa version vidéo, grâce à l’aimable collaboration de Louis Gunthert, que je remercie pour sa mise en forme.

Le scénario des Schtroumpfs noirs (1963) décrit la contamination des lutins bleus par un mal étrange qui les transforme en êtres malfaisants, dépourvus de langage, à la peau noire. L’adaptation américaine lui substitue la couleur violette. L’œuvre de Peyo est-elle raciste? C’est ce qu’affirment certains critiques. Examen d’un monument de la bande dessinée, qui révèle une filiation surprenante.

David et Goliath. Vers l’icône vidéo avec les Gilets jaunes

Désolé pour les chaînes d’info, mais les commentaires répétitifs des plateaux téléguidés n’intéressent plus grand monde autour de moi. Ce sont désormais les vidéos, ponctuation rituelle des “Actes” hebdomadaires des Gilets jaunes, qui sont les principales productions médiatiques que l’on discute le samedi soir – sources d’inquiétude ou de joie,…

Lire la suite…

14 images pour 2018

La matrice du Vietnam et le photojournalisme. Il n’est pas fréquent que, sur un sujet lié à l’histoire des États-Unis, la recherche française en remontre à son homologue anglophone. C’est pourquoi il convient de féliciter la chercheuse Camille Rouquet, auteure d’une remarquable thèse de doctorat, récemment soutenue à l’université Paris…

Lire la suite…