La vie sans Game of Thrones

Après le dénouement de l’intrigue de Game of Thrones, la série se clôt sur un épilogue mélancolique. Sans un mot, la camera accompagne successivement la marche de trois rescapés de l’immense jeu de massacre, lointains héritiers de la première saison, sur le chemin de leur nouveau destin. Cette séquence accessoire…

Lire la suite…

Pragmatique de Rabbi Jacob

L’autre jour, Rabbi Jacob (G. Oury, 1973) repasse à la télé. Ma mère adore Louis de Funès. La scène du plongeon dans la cuve de chewing-gum déclenche une fois encore son hilarité. Mais le lendemain, au petit déjeuner, elle a une pensée compatissante pour l’acteur: «il fallait être courageux pour…

Lire la suite…

Cinémonde et l’action posée

Actuellement exposé au MUCEM1, le roman-photo fascine par son esthétique paradoxale. Convoquant irrésistiblement l’univers cinématographique, ces vignettes irréelles et figées qui contredisent toutes les théories de la photo ont le charme kitsch des littératures populaires. Les impressions contradictoires qu’elles suscitent apportent un enseignement précieux sur notre façon de voir et…

Lire la suite…

Les amis des animaux et le montage

La fondation de protection des animaux 30 Millions d’amis s’est fait une spécialité de la sensibilisation aux méfaits de l’abandon. Diffusé à l’approche de l’été, le clip 2016 s’était déjà fait remarquer par son montage à rebours, façon Memento, qui révèle progressivement l’antithèse du chien abandonné par son maître, alors…

Lire la suite…

Memento et l’image comme preuve

Parmi les films mobilisant l’outil photographique, Memento (Christopher Nolan, 2000) propose une démonstration aussi précieuse qu’originale. Le scénario de Christopher et Jonathan Nolan s’élabore autour d’un personnage, Léonard Shelby (Guy Pearce), atteint d’amnésie à court terme, qui l’empêche de mémoriser les événements au-delà d’une durée d’une dizaine de minutes. Cet…

Lire la suite…

Le sourire photographique, ou les révolutions du portrait expressif

Cette galerie contient 2 photos.

Pourquoi sourit-on sur les portraits photographiques au XXe siècle, et pas au XIXe siècle? Sous cette forme élémentaire, la question est devenue une énigme prisée des études visuelles. Héritière d’une longue tradition d’analyse de l’expression des émotions, elle apparaît comme une évolution historique directement observable, documentée par des sources abondantes.…

Lire la suite…