analyseEn imagesNotesNotes de séminaire

Que représente la souffrance noire?

Dans son dernier billet, Olivier Ertzscheid épingle un commentaire où je compare la présentation sur deux réseaux sociaux du reportage de Loopsider consacré à l’agression raciste subie par Michel Zecler. Alors que Twitter affiche l’index de la séquence, qui montre le visage ensanglanté de la victime, Facebook le floute, impose à l’usager un clic supplémentaire pour accéder au contenu, et l’assortit d’un message d’avertissement indiquant que la vidéo «peut heurter la sensibilité de certaines personnes». Mis en place début 2019, ce filtre a pour objet de protéger l’usager de l’exposition à un spectacle choquant et de modérer la circulation des contenus violents.

Fallait-il flouter le visage de Michel Zecler, que plusieurs quotidiens de gauche ont au contraire choisi de mettre en Une? Alors que Facebook a deux fois plus d’abonnés que Twitter en France, la comparaison des indicateurs chiffrés confirme que la viralité du reportage est supérieure sur Twitter. Sur Facebook, le filtre a freiné la diffusion d’un témoignage crucial sur les violences policières racistes, qui a mobilisé le débat public français pendant plusieurs jours et fait réagir jusqu’au sommet de l’Etat. Comme l’explique Olivier Ertzscheid: «Une image, celle en l’occurrence du visage tuméfié de Michel Zecler, dès lors qu’elle est « violente » ou « graphiquement explicite » pour reprendre les termes de Facebook, est apparentée, assimilée à un discours de haine y compris si elle permet dénoncer des discours haineux ou de documenter la haine dans le champ social. (…) Et Facebook n’est pas et ne sera jamais en capacité de déterminer l’intentionnalité qui préside à la diffusion d’une telle image.»

Sur un autre registre, on a pu entendre le regret, déjà exprimé à l’occasion du meurtre de George Floyd, de voir un homme noir à nouveau réduit à un statut de victime. Selon la réalisatrice Amandine Gay, ce n’est pas le portrait du producteur que les journaux auraient dû publier, mais plutôt ceux des policiers: «Le trauma porn ne sert qu’à se dédouaner. On montre un Michel et on continue dans son entre-soi de rédactions blanches». Là encore, il s’agit d’une inquiétude légitime. Mais la réponse qui consisterait à ne pas montrer le visage en sang du producteur présente le défaut de réduire la lecture de l’image à une interprétation univoque, et de rejoindre la position de ceux qui, comme la presse de droite, ont préféré éviter de confronter leur lectorat au témoignage scandaleux de l’agression raciste des forces de l’ordre.

La mise en avant d’un document violent relève toujours d’un arbitrage complexe. Dans une sphère publique qui tend à éviter ou à atténuer l’exposition aux signes de la violence, le choix de cette confrontation constitue une rupture de la convention générale, qui ne peut se faire que pour des raisons impérieuses. La reprise d’un visuel devenu rapidement iconique traduit, pour les médias qui ont choisi de l’exhiber, la volonté de participer à un processus d’alerte, autrement dit l’exposition publique, de nature exceptionnelle, d’un danger pour la collectivité. De même que l’interruption du programme signale l’exceptionnalité du «Breaking news», l’anomalie de l’exposition de la violence est constitutive de l’énonciation de l’alerte.

Mais ce trait ne suffit pas à expliquer le succès de l’icône. A la différence des rushes vidéo qui forment l’ordinaire de la sousveillance, le reportage proposé par Loopsider est un montage soigneusement composé, qui a délibérément retenu le visage de Michel Zecler comme image de présentation. Dans ce film, les policiers ne sont pas absents. Bien au contraire: ce sont leurs actes qui construisent la dynamique de la séquence et suscitent le scandale. Mais distinguer la victime, en faire le seul personnage identifiable et lui donner la parole contribue à lui restituer son humanité. C’est par son récit que le reportage rend à Michel Zecler la position d’acteur que l’agression des policiers lui avait refusé.

Son portrait est exceptionnel à plus d’un titre. Même en tant qu’alerte, l’image d’une victime ensanglantée est rarissime dans l’espace médiatique. Alors que la violence de la répression du mouvement des Gilets jaunes a causé un nombre de blessés sans précédent parmi les manifestants, documenté par une iconographie abondante, aucun organe de presse français, à l’exception du journal L’Humanité, n’a affiché en Une un visage en sang.

Après les portraits de Zyeb et Bouna, ou celui d’Adama Traoré, devenus des icônes dans la sphère militante, l’image de Michel Zecler rejoint par ailleurs l’iconographie peu nombreuse des victimes du racisme policier en France. Mais à la différence de ces précédents, il s’agit cette fois d’un document de l’agression, qui montre le visage d’un homme souffrant. Ce trait explique le choix de Loopsider et fait accéder ce portrait à la galerie des icônes de dénonciation de la violence par excellence que constituent ce qu’on pourrait appeler, avec Luc Boltanski, des figures de pitié: le petit garçon du ghetto de Varsovie, la «napalm girl» de la guerre du Vietnam, la pseudo-Madone de Bentalha ou encore le petit Aylan/Alan.

L’origine commune à ces images narratives est l’iconographie du Christ en croix souffrant, développée à partir du Xe siècle pour humaniser la figure de Jésus et encourager l’identification et la dévotion des croyants. Face à la manifestation effrayante de la violence, il n’est pas d’instrument de dénonciation plus puissant que celui qui favorise la compassion du spectateur pour les victimes. Mais dans ce processus, toutes les victimes ne se valent pas. Comme le montre la stratégie immuable des syndicats policiers pour contrer les accusations, la mise en avant d’une responsabilité ou d’une faute de ceux qui subissent les brutalités atténue la compassion. A l’inverse, la figure d’une victime innocente établit le caractère gratuit des violences, qui apparaissent d’autant plus insupportables.

Les figures de pitié ne privilégient pas par hasard les enfants, les femmes, et tous ceux qui sont en situation de faiblesse face à l’oppression. Que les noirs soient désormais spontanément associés à cet imaginaire témoigne d’une évolution profonde de la culture visuelle française. Si le visage ensanglanté de Michel Zecler suscite la compassion comme celui d’une victime innocente, cela signifie que l’agression qu’il subit est considérée comme injustifiée. Le producteur a été attaqué parce qu’il est noir – mais être noir ne constitue pas une raison d’attaquer une personne.

Cette compréhension strictement antiraciste est issue de l’ensemble des informations proposées par le reportage, qui donne largement la parole à l’agressé. Comme dans la figuration du Christ en croix, le rôle de victime n’a donc rien d’une essence, mais est présentée comme une épreuve qui a vocation à être surmontée. Sa mise en exergue dans la séquence, avec l’accord de l’intéressé, constitue non seulement une dénonciation de l’agression, mais aussi une réappropriation de l’événement – comme une première réparation de l’inacceptable.

3 réflexions au sujet de « Que représente la souffrance noire? »

  1. Les « précautions », la pruderie (la représentation de « L’Origine du monde » de Courbet censurée !) et la « timidité » de Facebook montrent bien une idéologie « américaine » du politiquement correct.
    Heureusement que les images des violences policières (sans guillemets, désormais…) sont là et que, malgré les tentatives de la proposition de loi sur « la sécurité globale » (sic) et notamment son article 24, elles continueront, prises par des journalistes ET des citoyens, à documenter, le cas échéant, les « bavures » ou autres opérations illégitimes produites par les forces dites de « l’ordre » macroniste.
    Merci pour votre analyse.
    D.H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.