Pourquoi l’image est devenue conversationnelle

Plusieurs spécialistes (danah boyd, Michael Wesch…) ont qualifié la situation de communication produite par les technologies de l’information de “context collapse” (effondrement du contexte). En s’appuyant notamment sur les descriptions par Erving Goffman du caractère multidimensionnel de la communication vivante, il s’agissait de caractériser la perte d’informations occasionnée par la…

Lire la suite…

Facebook : pas de panique

La panique du pillage de données qui a marqué l’année 2013 est-elle en train de s’apaiser? Contrairement aux épisodes précédents, la dernière annonce de modification des conditions d’utilisation de Facebook n’a pas suscité l’habituelle explosion de déclarations solennelles en jargon pseudo-juridique, mais a été accueillie par une floraison d’énoncés parodiques,…

Lire la suite…

Le selfie, pathologie et emblème de la photographie connectée

Intervention dans le cadre de “Photography (today)”, Paris Photo, Grand Palais, 14 novembre 2014 (38 mn).

Le terme “selfie” correspond à un processus d’identification tardif d’un groupe de pratiques photo ou vidéo réflexives, lié à l’émergence d’une esthétique de la subjectivité. Cette communication montre que le déclencheur du phénomène est une controverse médiatique, qui s’apparente à une panique morale. La dénonciation en 2013 du caractère narcissique de l’autoreprésentation ou de l’irrespect des valeurs et des normes présente le selfie comme une subculture. Cette condamnation entraîne une réponse d’adhésion à un geste désormais identifié comme une signature impertinente et progressiste. Vecteur de sa promotion, la controverse consacre le selfie comme une forme culturelle à part entière, et l’impose comme la pratique photographique la plus représentative de l’expression visuelle contemporaine.

MàJ: Version rédigée: “La consécration du selfie. Une histoire culturelle”, 28/04/2015.